Féminisme intersectionnel : 3 associations à suivre absolument !

Dernière mise à jour : sept. 6


Cette semaine a commencé par la Journée des Droits de la Femme. Pour l'occasion, on voulait te proposer 3 associations féministes à suivre absolument qui lutte contre les discriminations sexistes qui leurs sont propres, en se posant des questions plus approfondies.


Quel féminisme quand on est une femme noire ? Asiatique ? Nord-Africaine ? Quelles alternatives quand on fait face à des problématiques complexes, propres à une appartenance ethnique ou communautaire, auxquelles le féminisme occidental classique ne répond pas ?


A travers cet article qui présente trois collectifs, portés chacun sur une communauté ethnique particulière, nous vous invitons à découvrir un travail d'affirmation et de retour à soi par un féminisme réapproprié.






Qu'est-ce que le féminisme intersectionnel ?




Universitaire afroféministe, Kimerblé Crenshaw théorise en 1989 la notion d'intersectionnalité. Cet outil d'observation sociologique désigne le croisement entre plusieurs types de discrimination ou de domination sur un groupe qui est à l'intersection de plusieurs catégories sociales.


Au départ il s'agissait spécifiquement de l'intersection entre le sexisme et le racisme subi par les femmes afro-américaines. Aujourd'hui, cet outil de réflexion est largement utilisé dans les luttes et travaux militants et de nombreuses associations ont pu se l'approprier.



Utiliser l'intersectionnalité pour dénoncer le racisme envers les femmes racisées, déconstruire les clichés qui sont propres aux femmes noires, nord-africaines ou Asiatiques, c'est le point commun des trois associations que nous vous présentons dans cet article.





Les 3 associations féministes à suivre absolument :




  • "NTA RAJEL ?"



Au départ, #NtaRajel naît sur Twitter en 2018 : il s'agit d'un mouvement qui visait à dénoncer entre autres le sexisme au sein des populations et communautés Maghrébines.




"T'es un homme, toi ?", voilà ce que signifie littéralement cette question en Darija, langue maghrébine.

Cette expression teintée de provocation a pour but de mettre un homme face à son

comportement quand on le juge indigne ou inapproprié.

Elle devient ainsi le nom de ce collectif de femmes Nord-Africaines "déterminées à lutter contre toutes les formes de discriminations"





"Les femmes ne sont pas l’étendard d’un peuple, d’une culture ou d’un projet politique. Elles n’appartiennent qu’à elles-mêmes et ne rendent compte qu’à elles-mêmes. "



Leur mission ? Faire entendre les voix des femmes nord-africaines, trop souvent silencées quand elles ne sont pas instrumentalisées.

Refusant d'un côté l'injonction à se taire face aux agressions, qui vient notamment hommes de leur communauté, et de l'autre les biais du "féminisme blanc" qui ne perçoit ces oppressions que par un prisme raciste, NtaRajel vise à pointer du doigt les problématiques et oppressions qui sont propres aux femmes nord-africaines, prises entre patriarcat et racisme.



En ce mois de février par exemple, NtaRajel a organisé une série de rencontres en ligne, "Repolitiser le féminisme Nord-Africain", ou des intervenantes abordent des sujets qui touchent aux enjeux féministes pour la diaspora Nord-Africaine.

Tribunes, mobilisations, ressources, ou encore portraits; NtaRajel utilise les médias pour sensibiliser, entreprendre, se réapproprier.




Retrouvez-les sur leurs réseaux sociaux :

Site Internet - Instagram - Facebook






  • MWASI


Fondé en 2014, le collectif Mwasi est Afro-féministe. L'Afro-féminisme, c'est la lutte des personnes afro-descendantes contre les systèmes d’oppression sexiste et raciste, Mwasi parle ainsi d'un système "raciste, hétéro-patriarcal et capitaliste". Le terme "Mwasi" vient du Lingala (langue parlée principalement au Congo) et signifie"femme".



Le Collectif agit à travers trois champs principaux :


- Le débat, le partage : s'approprier et partager les savoirs théoriques sous plusieurs formes à propos de la la communauté noire.

Cela se traduit par la publication de leur livre Afrofem, ou encore par leur Podcast "Biginka Wok" qui est un "espace d'échange et d'apprentissage sur les questions afroféministes".



- Des actions : interventions, manifestations ou encore formations sont à la base de leur militantisme .

Elles organisent ainsi "Konbit Afrofem" université digitale populaire sur 10 semaines avec de multiples interventions sur les questions touchant à l'afroféminisme.



- Une ligne directrice: la sororité afro.

Cet aspect est développé par la création d'espaces de discussion et d'écoute. Le prochain évènement "YANA" (You Are Not Alone), occasion de recréer des solidarités entre les femmes noires, en est le parfait exemple, tout comme le podcast Petites Mamans qui donne la parole aux jeunes aînées noires.










Pour découvrir le collectif Mwasi et suivre leurs aventures:

Instagram - Facebook - Twitter

Et évidemment par leurs podcasts :

Petites Mamans - Bininga Wok






  • PAS TA NYAB


Les hmong sont un ensemble de communautés ethniques Asiatiques, apparentées d'Asie du Sud, peuplant principalement les régions du sud de la Chine, le Nord du Viêt Nam et du Laos (des hmong vivent aussi en Thaïlande ou Birmanie par exemple).


Ce jeune collectif, tire son nom de "nyab" qui en hmong est le mot qui désigne la femme d'un homme. Pas ta nyab explique que ce terme renvoie par extension à un statut précis de femme mariée et ménagère qu'elles rejettent, car incarne un patriarcat culturel pesant qui essentialise les femmes, les rendent dépendantes et les conditionnent.




"Nous aimons notre culture et notre communauté. Cependant, nous devons nous rendre compte que beaucoup de personnes souffrent de problèmes de société qui se caractérisent de manière singulière,à cause de certaines traditions toujours existantes."


Se réapproprier ce terme pour le pointer du doigt est le point de départ de cette organisation qui veut remédier à ces problèmes par différents moyens. L'un de leur principaux moyen d'action : le partage de témoignages. Elles redonnent la parole aux femmes qui traversent des difficultés dans leur communautés, notamment dans leurs familles, en lien direct avec les mentalités et traditions qui les mettent à mal en tant que femmes.


"Pas ta nyab" souhaite aussi sensibiliser et lever le voile sur des sujets tels que "le racisme, l'homophobie, la grossophobie, le validisme et autres discriminations au sein de la communauté hmong", avec le perspective de "rassembler les femmes Hmong" avec bienveillance.



Retrouvez les sur Instagram .






108 vues0 commentaire