Journée internationale contre l'esclavage des enfants - Comment lutter ?


Malgré l'amélioration des conditions de vie des enfants à travers le monde, des milliers d'enfants sont encore aujourd'hui victimes d'esclavage. Le 16 avril constitue la Journée mondiale pour lutter contre l'esclavage des enfants. Cette journée a été instituée en 1995 après la mort d'un jeune pakistanais de 12 ans, Iqbal Masih.


Nous allons donc te présenter l'histoire de ce jeune garçon Iqbal Masih, figure de la lutte contre l'esclavage des enfants pour ensuite te parler de l'Organisation Internationale Contre l’Esclavage Moderne.



Qui était Iqbal Masih ?




Iqbal est un jeune garçon pakistanais, né en 1983, originaire d’une famille très pauvre. Il est "loué" par son père à un commerçant propriétaire d'une fabrique de tapis à 4 ans. Ce dernier l’emmène travailler dans cette usine dans laquelle travaillent que des enfants de son âge. Dans le but de rembourser la dette de ses parents, Iqbal et les autres enfants sont privés de toute liberté, exploités et battus.




À ses 10 ans, Iqbal réussit courageusement à s'échapper. Durant cette fuite, il rencontre un avocat, Eshan Ullah Khan, président d'une association, le Front de libération contre le travail forcé des enfants (BLLF). Il entrevoit alors un nouveau monde dans lequel les enfants de son âge vont à l’école, jouent et ont des droits. Iqbal décide alors de s’engager pour la liberté des enfants esclaves.


« N'achetez pas le sang des enfants ! » - Iqbal Masih

Il dénonce les mafias du textile du Pakistan et les fabriques vivant de l’exploitation des enfants. Sa voix commence à être écoutée par des organisations internationales, des universitaires...


Sous la pression internationale, le gouvernement pakistanais doit fermer beaucoup de fabriques de tapis et libérer un certain nombre d'enfants exploités.

En 1994, Iqbal est l'un des lauréats du prix Reebok des droits de l'homme, un prix de la fondation Reebok, accompagné d'une somme d'argent qu'il déclare vouloir utiliser pour suivre des études de droit.


Le 16 avril 1995, âgé de seulement 12 ans, Iqbal est assassiné. Les circonstances du meurtre demeurent floues, mais les soupçons pèsent sur la « mafia du tapis » pakistanaise qui souhaitait à tout prix le faire taire. Aujourd'hui, Iqbal est devenu un des principaux symboles de la lutte contre l'exploitation des enfants.



L'esclavage des enfants est-il toujours d'actualité ?




L'esclavage des enfants ne concernent pas seulement les pays dit "en développement". Ils concernent l'ensemble de la communauté internationale et reste malheureusement une problématique sociale encore d'actualité.


L’esclavage ne signifie pas seulement un travail dans des conditions illégales, il correspond également à toutes les formes de travail forcé sans consentement, les formes de servitude pour dette et la traite des enfants que l’on qualifie sous le terme « d’esclavage moderne ». La traite des enfants reste le point le plus opaque du trafic et les chiffres réels restent difficiles à déterminer.



Il existe dans la Convention internationale des droits de l’enfant, adopté par les Nations Unies en 1989, l'article 32 qui indique que « les États parties reconnaissent le droit de l'enfant d'être protégé contre l'exploitation économique et de n'être astreint à aucun travail comportant des risques ou susceptible de compromettre son éducation ou de nuire à sa santé ou à son développement physique, mental, spirituel, moral ou social ».


Le constat reste encore accablant. Selon l'Organisation Internationale du Travail (OIT), les enfants représenteraient plus de 10% du potentiel de la main-d’œuvre mondiale. Les enfants esclaves contribuent chaque année pour plus de 13 milliards d’euros au PIB mondial.


Depuis les années 2000, on a observé une diminution de l'esclavage des enfants mais qui pourrait rapidement augmenter avec la crise sanitaire du Covid-19.



"Les enfants déjà obligés de travailler pourraient avoir à le faire en augmentant le nombre d’heures ou en subissant une dégradation de leurs conditions de travail."



Selon une nouvelle étude de l’Organisation internationale du Travail (OIT) et du Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF), la crise sanitaire va engendré une hausse de la pauvreté ainsi qu’une augmentation du travail des enfants au fur et à mesure que les familles se retrouvent obligées d’avoir recours à tous les moyens pour survivre.


L'esclavage des enfants reste malheureusement encore un phénomène d'actualité à travers le monde. L’Organisation Internationale Contre l’Esclavage Moderne accompagne des enfants victimes d'esclavage.



L’Organisation Internationale Contre l’Esclavage Moderne ✊




Depuis près de 15 ans, l’Organisation Internationale Contre l’Esclavage Moderne accompagne des enfants, des femmes et des hommes victimes des formes actuelles de l’esclavage, de la traite des êtres humains, de la servitude, du travail forcé.


Ses actions s'articulent autour de trois éléments :


  • Identifier :

L'organisation assure un traitement de l'ensemble des signalements selon les textes légaux par des travailleurs sociaux, du personnel hospitalier ou encore les services de police.

  • Accompagner :


L'OICEM propose à chaque personne victime un accompagnement personnalisé notamment avec une assistance juridique, un soutien psychologique, et un accompagnement sur le plan social (hébergement d'urgence, services sociaux...)


  • Sensibiliser :


L'esclavage moderne, notamment des enfants, reste un sujet encore d'actualité. L'organisation réalise des rencontres, des articles sur ce sujet dans le but de sensibiliser sur la réalité des victimes.



Retrouvez les :

Facebook - Twitter - Site internet








👉 Pour aller plus loin :



- La vidéo "L'esclavage moderne des enfants, c'est quoi ? - 1 jour, 1 question"


- Le reportage d'Arte "L'esclavage ne s'est jamais arrêté, y compris dans les pays occidentaux"