• Lina

JournĂ©e Internationale des Droits des Femmes 👉Comment s'engager ?

Le 8 mars, nous cĂ©lĂ©brons la JournĂ©e Internationale des Droits des Femmes. OfficialisĂ©e en 1977 par les Nations Unies, cette journĂ©e revĂȘt un double objectif. Le premier est de rendre hommage au chemin dĂ©jĂ  parcouru : cĂ©lĂ©brer les victoires et les acquis des droits des femmes, rĂ©sultats de leurs combats de long-terme. Le second est pointer du doigt le chemin qu’il reste Ă  faire : mettre en lumiĂšre les luttes encore nĂ©cessaires aujourd’hui et ainsi de faire entendre les voix des femmes et leurs revendications.

Dans cet article, nous allons donc mettre en lumiÚre l'importance de cette journée et te proposer des pistes concrÚtes pour t'engager.

« La sororitĂ©, c’est agir Ă  la marge sur le cƓur du systĂšme »



Pourquoi cette journĂ©e internationale est encore nĂ©cessaire aujourd’hui ?



Tout d’abord, cette journĂ©e est nĂ©cessaire car on ne veut plus entendre que c’est « la journĂ©e de la femme » ou des rĂ©flexions du style « il n’y a pas la journĂ©e des hommes » ou encore « chez moi c’est tous les jours la journĂ©e de ma femme ». Cette journĂ©e internationale des droits des Femmes est centrĂ©e sur l’accĂšs aux droits des femmes partout dans le monde : les droits acquis, les droits Ă  acquĂ©rir. Le groupe des femmes reste une minoritĂ© – pas au sens numĂ©raire mais au sens des rapports de domination en Ɠuvre dans les sociĂ©tĂ©s patriarcales.


  • Le droit Ă  la vie

Le paroxysme de la violence patriarcale sur la nĂ©gation des droits des Femmes est le fĂ©minicide : la privation du droit des femmes Ă  la vie. En France, 113 femmes ont Ă©tĂ© tuĂ©es en 2021 par leur (ex)-compagnon. Ce dĂ©compte comprend par ailleurs seulement les femmes tuĂ©es dans le cadre conjugal, le chiffre augmentant mĂ©caniquement si l’on prend en compte les femmes dans d’autres contextes (incluant les femmes transgenres, les travailleuses du sexe et autres catĂ©gories trĂšs vulnĂ©rables par exemple) tuĂ©es. Nous pouvons ĂȘtre content.e.s que le mot fĂ©minicide soit dĂ©jĂ  plus communĂ©ment employĂ© (plutĂŽt que crime passionnel
), en particulier dans la sphĂšre mĂ©diatique – pourtant, de nombreuses femmes continuent de mourir chaque annĂ©e, Ă©crasĂ©es par l’étau du patriarcat.

  • Le droit de disposer de son corps

Toujours en France, on peut facilement citer l’actualitĂ© rĂ©cente pour le non-respect de ce droit en ce qui concerne les femmes, notamment au niveau des vĂȘtements : le rejet des femmes portant un voile des compĂ©titions sportives en est l’exemple rĂ©cente le plus criant – on ne manque malheureusement pas d’exemple dans ce domaine. A l’intersection entre islamophobie, racisme et sexisme, des femmes de confession musulmanes portant le voile se voient petit Ă  petit, en plus d’ĂȘtre stigmatisĂ©es et essentialisĂ©es rĂ©guliĂšrement, niĂ©es le droit Ă  participer Ă  la vie sportive de compĂ©tition. L’association formidable Les Hijabeuses qui se battent pour faire respecter la laĂŻcitĂ©, et non ses interprĂ©tations dĂ©voyĂ©es dĂ©rivant vers un laĂŻcisme liberticide.

  • Un signal fort d’une lutte qui se poursuit et se transforme

Cette journĂ©e internationale des droits de Femmes constitue donc un signal fort dans les revendications des femmes actuelles. Lorsque la loi reconnaĂźt des droits pour une minoritĂ©, ici les femmes, de telles journĂ©es permettent de mettre l’accent sur les lacunes juridiques, les non-respects de la loi et leurs manquements.


Un signal fort permettant de mettre en lumiĂšre la nĂ©cessitĂ© de faire Ă©voluer les mentalitĂ©s et les systĂšmes qui structurent nos sociĂ©tĂ©s – et pas uniquement la loi, qui dĂ©coule de ce systĂšme. Ces Ă©volutions des mentalitĂ©s passent impĂ©rativement par l’éducation et par le travail de visibilisation, Ă  travers les mĂ©dias notamment, afin d’Ɠuvrer pour la dĂ©construction et la remise en question. Si le mouvement #MeToo en 2017 a fait Ă©merger un rĂ©el tournant pour la cause fĂ©ministe, un long travail reste encore Ă  faire.


N’oublions pas les droits des femmes partout dans le monde. Wantohelp se focalise en prioritĂ© sur l’engagement local : c’est la raison pour laquelle nous n’allons pas aborder en profondeur ici la question des droits des femmes bafouĂ©s quotidiennement dans d’autres pays. De la privation du droit Ă  l’éducation, au refus de se marier, Ă  travailler, Ă  vivre sa sexualitĂ© librement : bref, avoir le choix et les libertĂ©s fondamentales est loin d’ĂȘtre chose aisĂ©e pour les femmes Ă  travers le monde.





S'engager dans la lutte pour les droits des femmes



  • Des comptes Instagram tels que celui de l’association Nous Toutes ou de la Fondation des Femmes permettent de se tenir au courant des Ă©vĂ©nements et des mobilisations Ă  venir. Ces comptent diffusent Ă©galement des informations sur l’actualitĂ© des droits des femmes en France.

  • L’Association Les Hijabeuses se bat pour dĂ©fendre les droits des femmes portant un hijab en France Ă  pratiquer leur sport librement, et lutte contre les volontĂ©s perpĂ©tuelles de dicter les tenues des femmes, a fortiori les femmes musulmanes.

  • L’Association Lallab – dont la PrĂ©sidente de Wantohelp AnaĂŻs et la Directrice du PĂŽle MĂ©dia ChaĂŻma font partie comme bĂ©nĂ©voles actives – est une trĂšs belle association intersectionnelle fĂ©ministe et antiraciste « qui fait entendre les voix et dĂ©fend les droits des femmes musulmanes » (@assolallab).

  • L’Association Humans For Womens (@humansforwomen) qui lutte contre les violences faites aux femmes, aux multiples initiatives et projets, tels que le “collĂšge de l’égalitĂ©â€

  • Le collectif VSCyberH (@vscyberh) : collectif Ă©galement intersectionnel spĂ©cialisĂ© dans la lutte contre le cyberharcĂšlement.

  • A venir : dĂ©couvre bientĂŽt sur le site de Want to Help toute une liste de pistes pour t’engager sur ce sujet autour de chez toi !

En cette journée internationale des droits des femmes, Wantohelp aimerait mettre en lumiÚre la sororité, pour lutter contre la concurrence dans laquelle souvent nous nous construisons en tant que femme. Soutenons-nous, remercions-nous, aimons-nous, encourageons-nous. Il y a de la place pour nous toutes. Surtout, unissons-nous pour défendre nos droits.

Et surtout, Wantohelp souhaite montrer que l’engagement et la sensibilisation sont accessibles Ă  tout le monde, et que bien au-delĂ  d’ĂȘtre une affaire de femme, le fĂ©minisme concerne chacun.e d’entre nous. Les hommes en premier lieu !

« La sororitĂ© est un choix oĂč le pouvoir individuel abdique au profit d’une force collective bientĂŽt prĂȘte Ă  l’action. La sororitĂ© relĂšve du politique, et a le concret pouvoir de modifier le rĂ©el »

Sororité, Chloé Delaume.

Modifions le réel ensemble.



 

Parce-que s'engager, c'est s'informer.



📚Une BibliothĂšque FĂ©ministe par Agathe Le Thaillandier avec la participation de nombreuses femmes d’AdĂšle Haenel Ă  Fatima Daas en passant par Alice Coffin... Chacune de ces femmes dĂ©crivent Ă  leur tour un livre (roman, essai, BD) fĂ©ministe qui a changĂ© leur vie.

📚Tout le monde peut ĂȘtre fĂ©ministe de Bell Hooks


🎙Un Podcast Ă  Soi sur Arte Radio par Charlotte BienaimĂ©

🎙Le CƓur sur la Table sur Binge Audio par Victoire Tuaillon :


🎩 Pop FĂ©minisme sur Arte



127 vues0 commentaire