Marée noire à l'île Maurice : Comment aider ?

Dernière mise à jour : sept. 6

Une habitante mauricienne a déclaré pour le journal Marianne : "Pour nous, cette situation est pire que le Covid et l'Etat ne fait strictement rien".


Le navire de marchandises japonais MV Wakashio s’est échoué le 25 juillet. Ce n’est que le 6 août, que le gouvernement annonce qu’une partie des hydrocarbures présents dans le navire allait se déversait dans la mer. C'est le début d'une catastrophe écologique et sanitaire pour l'île Maurice.





Selon les ONG présentes sur place, 1 milliers de tonne de pétrole se sont déversé tout le long de la côte sud-est de l’île de l’océan indien. Malgré les 3 000 litres qui ont été pompé, l'impact de cette marée noire est considérable sur la faune, la flore et l'ensemble des habitants de l'île.


Après avoir aperçu les premières litres de fiouls se déverser, les habitants ont ramassé  le pétrole à la main, avec des sceaux et des pelles. Ils ont fabriqué également des boudins de paille ou de cheveux pour tenter d’absorber le pétrol. Beaucoup témoignent avoir des brulures et des boursouflures sur la peau.




En plus de la catastrophe écologique, cette marée a aussi un impact socio-économique important pour les mauriciens. Beaucoup d'entre eux vivent d'activités touristiques et nautiques comme la pêche ou encore les journées bateaux touristiques.


Ils dénoncent la non-action de l'État. Malgré la déclaration de l’État d’urgence environnementale, les habitants se demandent : pourquoi le navire est-il resté si longtemps dans l’eau sans intervention ?


Il est donc essentiel d'aider les mauriciens pour faire face à cette catastrophe écologique.



Comment aider ?


  • L'association Éco-Sud


Sa mission est de préserver et protéger l’environnement et la biodiversité de l’île Maurice.

Elle possède deux formes d’actions principales : l’une basée sur un plaidoyer et une sensibilisation et l’autre sur des projets d’éducation, de recherche et de conservation.

En 2010, elle a mis en place le programme « Lagon Bleu » et propose des solutions basée sur la collaboration avec les locaux et les recherches scientifiques.


Elle travaille actuellement pour limiter au maximum l'impact de cette marée noire.


Ils ont besoin de donations notamment pour l’achat de matériel de protection (bottes, gants, combinaisons, masques…) et de lutte contre les hydrocarbures (boudins, râteaux, sacs…).


 Pour faire un don, c'est ici.




  • L'association Capillum


La mission de Capillum est de développer le recyclage des cheveux en faveur de l'environnement. Elle constitue aujourd'hui 200 coiffeurs, 2000 kilos de cheveux recyclés et 400 000 litres d'eau économisés.







L'association Capillum a lancé un appel national aux dons de cheveux pour aider l'île Maurice. En effet, les cheveux sont un moyen d'absorber les hydrocarbures.


En partenariat, avec d'autres associations, Capillum a organisé 12 points de collecte en France et également une procédure d'envoie. Les villes sont : Nancy, Strabourg, Tours, Orléans, Montpellier, Lille, Nice, Clermont-Ferrand, Grenoble, Toulouse, Marseille, Rennes.


Pour en savoir plus, c'est ici.



7 vues0 commentaire